Menu Content/Inhalt

Actualites

Infos
Archives

La Lettre du Cabinet

Dernière édition
Archives
REVISION DU SYSTEME DES MARQUES DANS L’UNION EUROPEENNE- Octobre 2013
Une réforme se prépare concernant le droit des marques dans toute l’Union Européenne

 

Une réforme se prépare concernant le droit des marques dans toute l’Union Européenne,
qui affectera non seulement le système des marques communautaires mais également
celui des marques nationales.

Cette réforme, qui modifierait sensiblement les trois textes fondamentaux sur les marques
(Directive CE n°2008/95/CEE, Règlement CE n°207/2009, Règlement 2869/95),
pourrait notamment porter sur les points suivants :

    
Changement de nom de la « marque communautaire » en « marque européenne » ;

-    Changement de nom de l’OHMI en « agence de l’Union européenne pour les marques et les
dessins et modèles » ;

-    La reconnaissance des marques de certification ;

-    Suppression de la possibilité de déposer une marque communautaire via un office national d’un
pays de l’UE ;

-    Durée de protection d’une marque harmonisée à 10 ans dans tous les Etats membres;

-    Intégration de la jurisprudence dite « IP translator » (le libellé doit être suffisamment précis pour
déterminer l’étendue de la protection
) dans la législation européenne et celle des Etats membres ;

-    Modifications relatives aux motifs de refus des marques lors de leur examen, tel que par
exemple la s
uppression de la condition de représentation graphique pour le dépôt
d’une marque (évolution vers l’acceptation de marques sonores, etc.);
 

-    L’harmonisation du mode de détermination des taxes de dépôt et de renouvellement –
taxes due pour 1 classe puis par classe supplémentaire –
Réduction sensible des coûts des dépôts et renouvellements ;

-    Instauration de périodes de « cooling » (période permettant aux parties de régler leur litige
à l’amiable
) de 2 mois minimum dans les procédures d’opposition devant les offices
des Etats membres ;

-    Généralisation des règles de procédure communautaires sur les conséquences du défaut
d’usage de la marque antérieure invoquée dans le cadre des oppositions
(l’opposition ne pourra donc être basée que sur les produits et services pour lesquels un usage
actuel est prouvé
) ;

-    Réduction du délai d’opposition des désignations UE des marques internationales de 9 mois
à 4 mois ;

-    Modification du calcul du délai pour rapporter des preuves d’usage de sa marque ou du juste
motif d’absence d’usage dans le cadre d’oppositions communautaires ou d’actions en nullité
contre une marque communautaire (actuellement : 5 ans avant la date de publication de
la demande de marque opposée – proposition : 5 ans avant la date de dépôt ou de la priorité) ;

-    Possibilité de contester une marque (déchéance, nullité) devant les offices nationaux (à ce jour,
ces contestations ne peuvent, en France, être soulevées que devant les tribunaux)
;

-    Intégration de la jurisprudence dite « Rintisch » (l’usage d’une marque sous forme modifiée
permet à son propriétaire d’échapper à la déchéance de sa marque même si la forme
modifiée est elle-même enregistrée à titre de marque
) ;

-    Intégration également de la jurisprudence dite « Adidas » concernant les marques dites de
renommée (protection pour des produits et services identiques, similaires ou différents)
et clarification du régime applicable à ces marques ;

-    Reconnaissance de contrefaçon lors d’un usage d’une marque protégée par un tiers à titre de
dénomination sociale ou de nom commercial (reprise en partie de l’arrêt dit « Céline ») ;

-    Renforcement des moyens de lutte contre la contrefaçon des marchandises en transit sur le
territoire de l’Union européenne ;

-    Possible interdiction de l’importation sur le territoire de l’Union européenne de produits de
contrefaçon, même lorsque seul l’expéditeur agit à des fins commerciales ;

-    Possibilité de poursuivre des « actes préparatoires » à la contrefaçon ;

Au regard de ce qui précède, nous constatons que cette réforme modifie en profondeur le droit des
marques dans un sens favorable puisque notamment il ouvrira sensiblement le champ des marques
disponibles (action en annulation des marques non utilisées facilitées, libellés des nouveaux
dépôts cantonnés à l’activité envisagée etc.
) et réduira les taxes de dépôt.

Cette réforme pourrait être adoptée courant 2014. Nous vous en tiendrons informés.

Nous restons à votre entière disposition si vous souhaitez des précisions complémentaires.










                                         
                                                                      Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir
Le téléchargement et/ou la reproduction de tout ou partie de nos actualités
ne sont autorisés qu'à des fins strictement privées.